<img height="1" width="1" style="display:none;" alt="" src="https://px.ads.linkedin.com/collect/?pid=1399801&amp;fmt=gif">
elton-sa-namBO2feYWY-unsplash

Les bons conseils énergétiques de l'été


   Au bureau, comme à la maison, il y a des astuces simples à suivre : avec Thomas Homyrda, notre Energy Manager, on vous partage 3 conseils et bonnes pratiques. 

   Par fortes températures, la climatisation est le principal poste de consommation d'un bâtiment, comment le maîtriser? 

« Il faut d’abord bien régler la climatisation qui est très énergivore. Comme pour le chauffage en hiver, il faut fixer une température de consigne : à 26°C, pas en dessous. Même en cas de très forte chaleur, la différence de température entre l’extérieur et l’intérieur doit être de 7-8°C maximum. Car la climatisation assèche l’air et peut provoquer de l’inconfort.

Bien régler son climatiseur a un impact très visible sur les consommations énergétiques : en fixant à 26°C au lieu de 25°C, c’est 13% de consommation en moins.

Le pire lorsqu’il n’existe pas de climatisation centralisée dans le bâtiment, c’est d’utiliser des climatiseurs mobiles souvent peu efficaces et très énergivores.

   Mais comment rafraîchir une pièce sans avoir recours aux climatiseurs?

 

"Il existe heureusement d’autres moyens naturels pour rafraichir une pièce à moindre coût énergétique :

-limiter les apports solaires extérieurs qui créent un effet de serre inconfortable pour les occupants, pour cela il faut baisser les stores, brise-soleil ou persiennes. Un simple store banne peut diminuer la température intérieure de 2 à 5°C, en fonction de sa couleur et de l'heure à laquelle il est déplié. Ce geste facile peut baisser de 30 à 50% la consommation électrique d'une climatisation.

-rafraichir par la ventilation naturelle en ouvrant les fenêtres tôt le matin (de 7h à 9h) ou tard le soir si c’est possible dans le bâtiment, ce qu’on appelle le « free cooling ». Il faudra dans ce cas, bien penser à éteindre la climatisation centrale pendant l’ouverture des fenêtres pour ne pas refroidir inutilement.

   Au moins l'été, on économise sur les consommations d'éclairage, car plus besoin d'allumer quand il fait jour jusqu'à 21h30...

"Ce poste de consommation est évidemment bien moindre qu’en hiver.

Les postes de travail doivent, dans la mesure du possible, être positionnés à proximité de l’éclairage naturel pour profiter au maximum de cet apport naturel, et perpendiculairement à celui-ci pour limiter les éblouissements.

Selon les différentes études menées sur le sujet, l’éclairage naturel permettrait de réaliser 20 à 60% d’économies d’énergie.

Un bon positionnement des postes de travail, c’est moins d’énergie consommée et un meilleur confort d’usage.

De nombreuses études l’ont prouvé, la lumière naturelle est bonne pour la santé car elle active l’horloge interne et favorise la production d’hormones agissant directement sur l’humeur, la vigilance, la concentration et même les cycles de sommeil."

 

 

 

Etude de cas La Poste

300

bâtiments

11,3%

de réduction de consommation

500

référents immobiliers

Découvrez ce que nous avons réalisé
pour répondre aux enjeux de La Poste

Etude de cas Université de Bordeaux

19%

de réduction de consommation

22%

de réduction
de GES

120

actions
proposées

Découvrez ce que nous avons réalisé
pour répondre aux enjeux de l'université de Bordeaux